Connaissons-nous vraiment ce qu’est la violence ?

La violence est un abus de pouvoir

La violence se manifeste lorsqu’une personne a volontairement recours à la force physique ou au pouvoir, sous forme réelle ou de menace, envers vous, une autre personne, un groupe ou une collectivité.graduations de la violence

Dans cet article, vous trouverez des explications sur différentes formes de violence et les niveaux que l’on peut atteindre si on n’y remédie pas au plus tôt.

Voilà un exemple de l’évolution de la violence, ceci par gravité, si l’on peut les gradués, car aucune ne devrait existés.

Nous pourrions aussi ajouter, violence conjugale, la violence familiale et économique, mentionnés ici-bas.

Des exemples de violence conjugale :

  • Critiquer continuellement sa partenaire, ses goûts et ses habiletés ;
  • Dénigrer ses relations ou lui interdire de fréquenter sa famille ou ses amis ;
  • Contrôler ses activités ou sa façon de s’habiller ;
  • Se moquer de son apparence physique ou de ses performances sexuelles ;
  • Crier à propos de tout et de rien à la maison ;
  • Menacer de se tuer si elle quitte la relation ou utiliser les enfants pour l’atteindre.

La violence familiale

Brièvement, on veut dire par violence familiale toute forme de violence exercée dans les relations familiales, dans la relation d’intimité, de dépendance ou de confiance. La violence peut être physique, psychologique (verbale, émotionnelle), sexuelle et/ou économique; elle peut également prendre la forme de mauvais traitements ou de négligence. La violence familiale peut être dirigée contre les enfants, les hommes et les femmes. Tout le monde peut être victimes de violence, peu importe son statut matrimonial, son âge, son origine ethnique, sa religion, son orientation sexuelle et sa situation économique.

Souvent, les personnes qui sont violentes ont elles-mêmes été violentées dans leurs enfances (leur famille), cela au niveau conscient ou non, c’est pourquoi, que même s’ils ne sont pas victimes de violence, les enfants qui sont directement témoins de la violence familiale ou qui entendent leurs parents se quereller sont affectés par celle-ci.

Comment la violence affecte-t-elle votre santé?

La violence physique

La violence physique est la forme de violence la plus visible. Elle comprend tout acte posé délibérément pour blesser ou infliger un traumatisme physique ou une blessure corporelle. Voici quelques exemples de violence physique : serrer, pincer, donner des coups de pied ou des coups de fouet, se faire ébouillanter ou recevoir une punition corporelle sévère.

Parmi les effets sur la santé, nous pouvons signaler :

  • les ecchymoses, les coupures et les brûlures;
  • les os fracturés et les dents cassées;
  • tout préjudice esthétique, les infections et les lésions au cerveau.

La violence physique est rarement un incident isolé et souvent accompagné d’une ou d’autre forme de violence citée un peu plus bas.

La violence psychologique

violences psychologiqueLe mauvais traitement psychologique est un modèle de comportement qui entraine chez la personne qui en souffre l’impression qu’il n’a aucune valeur, qu’il a des défauts, qu’il n’est pas aimé ou qu’il est en danger. Voici quelques exemples de mauvais traitement psychologique : le rejet, le dénigrement ou dégradation, les menaces, isolation ou exploitation, le chantage affectif : « quand tu reviendras tu me verras pendu dans l’arbre », pour ne nommer que ceux-ci.

Voici les effets sur la santé, que l’on peut signaler :

  • la faible estime de soi, l’angoisse, la dépression, l’anxiété et les symptômes liés au syndrome de stress post-traumatique;
  • la fibromyalgie, la fatigue chronique et les troubles gastriques et de l’alimentation;
  • la douleur chronique, l’hypertension artérielle et l’insomnie.

Note : Le mauvais traitement psychologique conduit à la violence physique et, dans certains cas, il cause plus de tort que les blessures faites au corps qui elles peuvent disparaître ou cicatriser avec le temps, mais des traces psychologiques sont toujours reliés aux blessures corporelles.

violence verbale

Photo fait par Saatchi & Saatchi Singapour pour lutter contre les violences verbales

Vous avez sans doute remarqués que la violence verbale venait tout de suite après la violence psychologique, elle se distingue de celle-ci par les tons de voix plus élevés et les obscénités dites tels que: tu ne vaut rien, tu n’est qu’une conne ou con, sale gueule, une salaud ou salope, etc.

La violence sexuelle

La violence sexuelle se définit, par toute forme de contact à caractère sexuel non désiré entre des personnes. Les agressions sexuelles peuvent être faites entre membres de la même famille, d’un conjoint, de toutes les personnes qui se fréquentent, d’amis, de connaissances ou d’étrangers. Voici quelques exemples de contact sexuel non désiré : être forcé à regarder des actes sexuels (réels ou vidéo), subir ou faire subir des contacts sexuels non désirés (sodomie, fellation, etc.), être violé ou forcé à se prostituer.

Parmi les effets sur la santé, signalons :

  • maux de cœur;
  • les infections des voies urinaires et de la vessie;
  • les douleurs pelviennes, les lésions génitales et anales, grossesses non désirées;
  • les infections transmissibles sexuellement et autres maladies telles que ; (VIH/sida, hépatite C, herpès, chlamydia, syphilis et gonorrhée).

Les agressions sexuelles ne sont pas souvent dénoncées.

La violence économique

L’exploitation financière désigne tout acte par lequel une personne en position de confiance fait une utilisation malveillante de l’argent ou des biens appartenant à une autre personne ou empêche celle-ci d’en obtenir. Un tel acte peut être commis par des membres de la famille, des soignants rémunérés, des voisins ou des professionnels. Voici des exemples d’exploitation financière : en recourant à la ruse, amener une personne à donner des objets qui lui appartiennent, refuser de donner à une personne l’argent nécessaire à l’achat de produits de première nécessité ou contrôler les revenus de cette personne.

Parmi les effets sur la santé, signalons :escalade de la violence

  • l’anxiété, la dépression, la déloyauté;
  • le sentiment d’être emprisonné et la perte de l’estime de soi ;
  • émotionnelles ; la gêne, la honte, la culpabilité.

Chez les personnes âgées, les signes d’exploitation financière sont souvent confondus avec la maladie ou la perte de mémoire.

L’abus, la négligence et les mauvais traitements sont aussi de la violence.

On entend par abus, usage mauvais, injuste ou excessif d’une chose, d’un pouvoir ou d’un droit, tandis que la négligence et mauvais traitement sont des actes d’omission qui privent une personne des objets de première nécessité. Voici des exemples de négligence et d’abus: refuser de donner à manger et à boire, refuser de fournir des traitements médicaux, des lunettes ou l’aide nécessaire pour aller aux toilettes.

Parmi les effets sur la santé, signalons :

  • le mauvais développement physique, affectif et social;
  • la malnutrition, l’athrepsie (Dénutrition importante du nouveau-né entraînant un amaigrissement progressif et un affaiblissement généralisé.) et l’isolement;
  • les déficiences, comme la perte auditive et problème de la vue.

Les enfants, les personnes âgées et les personnes ayant des incapacités ou qui vit dans des centres de soins est plus susceptible d’être victime de négligence.

Quels sont les effets à long terme de la violence familiale ?

Toutes les formes de violence ont des conséquences des effets qui se prolongent dans le temps, bien après l’arrêt des dits incidents violents.

Exemples :

  • La négligence pendant l’enfance peut retarder la croissance, entraîner des problèmes de santé chroniques et des lésions au cerveau et perturber la croissance des os et des muscles.
  • Les bébés de mères qui ont subi des agressions sont plus susceptibles d’avoir un poids inférieur à la naissance; un faible poids à la naissance est souvent responsable de nombreuses maladies et incapacités chez les enfants.
  • Les enfants témoins de violence peuvent se replier sur eux-mêmes ou au contraire, devenir agressifs, ils peuvent aussi être anxieux ou maussades, ou être impulsifs et incontrôlables. Ils peuvent avoir du mal à faire confiance aux autres ou, en revanche, peuvent faire trop confiance aux gens.
  • Les jeunes qui quittent le domicile familial pour fuir la violence familiale seront exposés à l’itinérance, à la prostitution, aux activités sexuelles non protégées et aux gangs.
  • Les personnes ayant vécu une agression sexuelle présenteront un risque accru de développer des problèmes de santé liés à la reproduction, dont les infections, les maladies, les complications lors de l’accouchement et la dysfonction sexuelle (blocages dus au traumatisme).
  • Les enfants ainsi que les adultes qui ont été victimes d’agression/d’abus sont et seront plus vulnérables à l’alcoolisme, à la toxicomanie, au tabagisme, aux troubles de l’alimentation, à l’obésité grave, les maladies mentales comme ; la dépression, les pensées suicidaires et à la débauche sexuelle (prostitution, masochisme)

Il n’est pas rare de voir que d’autre relation de cause à effet entre des actes violents et leurs répercussions, en particulier lorsqu’il s’agit de mauvais traitement psychologique, alors ne négligé jamais la portée de vos paroles, soyez vigilants, car elles peuvent être très dommageables à long terme et changer la vie de quelqu’un.

non a la violenceVous êtes préoccupé par la violence exercée sur un enfant ou un adulte, ou bien vous êtes victime de violence, alors n’attendez plus, allez chercher immédiatement de l’aide.

Je compte mettre à votre disposition quelques ressources que j’ai trouvées durant mon cheminement, cela dans un prochain article de mon blogue www.etre-mieux.ca, ces ressources s’adresseront autant aux victimes qu’aux personnes qui agissent dans la violence et qui veulent s’en sortir.

Voilà un début, pour en savoir encore plus, voici des bonnes références :
http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/prob_sociaux/violenceconjugale.php

http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/publications-statistiques/sujets/publications-police/statistiques-violence-conjugale.html

Increase your website traffic with Attracta.com

Share
Ce contenu a été publié dans Développement, Être mieux, être mieux avec autrui, être mieux avec soi, être mieux en couple, être mieux sans agressivité, personnel, prévention violence, Santé, santé mentale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire