Votre vie – Le cancer de la prostate

 Votre vie – Le cancer de la prostate

Journal de Montréal 

Si vous avez plus de 50 ans, si ce n’est pas déjà fait, il serait temps de vous informer auprès de votre médecin au sujet du dépistage du cancer de la prostate.

hey oui, encore un article sur le cancer de la prostate que voulez-vous,  je me conditionne à y allez moi-même 50 ans approche à grands pas, déjà un demi-siècle, cela tout en vous informant.

La prévention est ennuyante, mais moins ennuyant que le cancer le plus dévastateur chez l’homme, ne croyez-vous pas.

Increase your website traffic with Attracta.com

Share
Publié dans cancer, Maladies, Santé, santé physique | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Les boissons énergisantes, les composantes

Caféine, sucres, taurine, le ginkgo biloba, le ginseng, glucuronolactone et etc.

 Suite à nos recherches, nous avons pu découvrir les différentes composantes des boissons énergisantes et en évaluer le danger pour la santé. Malgré les différentes sortes et marques offertes sur le marché, on remarque que les ingrédients restent toujours les mêmes à quelques différences près. En général, celles-ci contiennent des quantités considérables de sucre, de caféine ou de guarana (plante à forte concentration de caféine), de taurine et de certaines herbes médicinales. Selon les recherches effectuées par Santé Canada, on peut, en majeure partie, attribuer l’effet  »énergisant » à la caféine et aux sucres contenus dans ces boissons étant donné qu’aucune recherche à ce jour ne prouve réellement l’effet énergisant des autres ingrédients comme la taurine, le ginkgo biloba, le ginseng et plusieurs autres ingrédients que contiennent les boissons énergisantes. La consommation excessive de telles boissons n’est pas sans risque pour la santé étant donné les quantités considérables de caféines qu’elles contiennent. De plus, l’innocuité des autres ingrédients un peu moins connus énumérés un peu plus haut n’a pas encore été évaluée. C’est pourquoi il est important de connaître les différents ingrédients, leurs effets et surtout de connaître les habitudes de consommation acceptables selon santé Canada.

La caféine est un aliment consommé depuis très longtemps dans notre société, mais consommer de la caféine a aussi forte dose n’est pas sans risque pour la santé. Selon santé Canada, la consommation acceptable de caféine par jour est de :

Adulte : 400 mg par jour

Femme enceinte : 300 mg par jour

Enfant 10 à 12 ans : 85 mg par jour

Enfant de 7 à 9 ans : 62,5 mg par jour

Enfant de 4 à 6 ans : 45 mg par jour

* Selon Santé Canada, une consommation n’excédant pas ces normes ne présente pas de danger pour la santé.

Par contre, une consommation de caféine au-dessus de ces recommandations présente des risques pour la santé. Plusieurs études ont eu lieu et ont permis de déterminer les effets de la caféine sur la santé. La surconsommation de caféine à long terme peut avoir des effets sur plusieurs domaines. On peut remarquer une toxicité générale (tremblements, nausées, irritabilité), des effets nocifs sur le système cardiovasculaire (augmentation du rythme cardiaque, cholestérol, hypertension), des effets aussi sur l’équilibre du calcium et l’état des os (diminution de la densité osseuse et risque de fracture), un effet sur le comportement et sur l’humeur (capacité d’attention, irritabilité) ainsi que sur la santé reproductive (fertilité fille et gars). De plus, certains liens ont été faits avec le cancer.

Le problème avec les boissons énergisantes, c’est d’abord qu’elles contiennent énormément de caféine (de 100 mg à 350 mg) et qu’en plus, les gens les consomment de façon excessive. Il n’y a pas de mal à consommer de la caféine, cependant il faut la contrôler. Il est donc important d’évaluer notre consommation quotidienne en caféine. Il ne faut pas oublier que la caféine n’est pas seulement présente dans le café et les boissons énergisantes. Pour faire une bonne évaluation, il faut tenir compte des autres aliments contenant de la caféine comme le cola, le thé, le thé glacé, le chocolat noir… (Voir podium)

L’exemple donné ici contient 160 mg de caféine, mais certaines boissons en contiennent beaucoup plus (100 mg à 300 mg). Il est donc évident que la dose sécuritaire de caféine peut facilement être dépassée. De plus, ces boissons énergisantes sont maintenant présentes sur le marché sous forme d’ «energy shots ›› où les concentrations de caféine peuvent monter jusqu’à 220 mg pour un contenant de 60 ml il est donc préférable de se limiter à une ou deux boissons énergisantes par jour. Ces recommandations sont d’ailleurs inscrites sur la majorité des étiquettes, mais en très petit. Une surconsommation de boissons énergisantes entraîne un apport trop élevé en caféine et engendre plusieurs effets indésirables que j’ai mentionnés plus tôt.

Cela dit, la concentration en caféine des boissons énergisantes est parfois semblable à celle d’un café, c’est pourquoi plusieurs ne voient pas les risques de consommer des boissons énergisantes. La différence entre les boissons énergisantes et les autres produits caféinés sont les divers autres ingrédients qui les composent dont les effets sur la santé sont encore inconnus. Outre la caféine, on ne peut ignorer la présence, dans ce type de boissons d’ingrédients dits  »naturels », mais dont les propriétés nous sont encore très peu connues.

taurine

Par exemple, la taurine qui est présente en quantité considérable dans la plupart des boissons énergisantes nous est encore très inconnue. Nous savons qu’il s’agit d’un dérivé d’acide aminé retrouvé initialement dans la bile du taureau et qu’on peut aussi retrouver dans la viande et dans les produits laitiers. Un régime alimentaire équilibré nous en fournit de 40 à 400 mg par jour. Une boisson énergisante peut en contenir jusqu’à 3000 mg. Aucune étude à ce jour n’a démontré qu’une consommation aussi grande de taurine est inoffensive. De plus, aucune étude n’a démontré ses propriétés stimulantes.

glucuronolactone

Un autre ingrédient est le glucuronolactone, dont aucune recherche, n’a confirmé son effet stimulant. On sait, par contre, que sa concentration dans les boissons énergisantes est plus élevée que dans un régime alimentaire équilibré. Encore une fois, l’innocuité d’une aussi forte dose de glucuronolactone n’a pas été prouvée.

niacine

On retrouve également de la niacine dans ce type de boisson. À forte dose, la niacine peut provoquer des rougeurs au visage, une sensation de brûlure et de fourmillement ainsi que de la démangeaison.

Pour finir, ces boissons contiennent plusieurs herbes médicinales comme le ginkgo biloba, le ginseng_, l’échinacée, etc. Il faut faire attention aux herbes naturelles, car elles peuvent avoir des interactions avec certains médicaments. De plus, aucune propriété énergisante n’a été démontrée encore une fois.

herbes médicinales

Ces boissons contiennent énormément d’ingrédients dont les propriétés sont encore très peu étudiées. Les seuls ingrédients ayant montré leurs propriétés stimulantes sont la caféine et le sucre qui à grande consommation sont nocifs pour la santé. On connaît peu les effets à long terme de ces boissons c’est pourquoi il est important de limiter sa consommation selon les recommandations et d’utiliser des alternatives pour remédier aux situations demandant des efforts mentaux et physiques.

Cet article et les articles qui vont suivent dans les prochaines semaines, viennent d’un travail d’étude fait par des étudiantes de techniques infirmières, dont Anne-Sophie Laplante une de mes amies faisait partie, j’en profite pour la remercier elle, ainsi que ces coéquipières de travail.

Increase your website traffic with Attracta.com

Share
Publié dans Produits, produits nocifs à votre santé, Santé, santé physique | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

ÉPILOBE À PETITES FLEURS

Conseils et
pratique des simples
(des plantes
médicinales)

ÉPILOBE À PETITES FLEURS (Epilobiumparviflorum)

Je reçus un jour une lettre d’un père de famille dans laquelle il me disait:  » Je vous supplie à genoux de m’indiquer  le moyen de  retrouver  la  santé  et  de  rendre  à sa  famille,  qui  souffre  autant  que  lui,  un  père guéri! » .

Auparavant,  il m’avait  décrit  son  calvaire.  En  1961, une inflammation chronique de la prostate devint aiguë à la suite de bains dans une eau radioactive. Il fut soigné d’hôpital en hôpital, mais aucun médecin ne l’opéra, il .tait sans espoir. L’ingestion massive de médicaments déclencha une inflammation du gros intestin, perturba sa flore intestinale et un grave désordre hépatique survint. Il était plus mort que vif et dut arrêter,  sur  ordonnance  médicale, toute ingestion  de médicaments.  Ensuite, il fut  opéré,  ainsi  qu’il l’écrit ‘’au bistouri .électrique’’. Malgré l’opération, l’inflammation persista. Les pilules et les piq.res aggravèrent à nouveau son état. Il prit de la tisane d’ortie et d’épilobe. Son .tat s’améliora à tel point qu’il a pu reprendre  son travail. Ce calvaire aurait .été. .épargné à ce père de famille s’il avait su que l’épilobe peut radicalement  guérir les problèmes prostatiques.

L’épilobe, qui était jusqu’à  il  y a encore peu  de temps inconnue comme plante médicinale et qui  n’avait jamais été  mentionnée comme telle dans aucun livre sur les simples avant que je n’en parle dans la première édition de la brochure ‘’La Santé à la Pharmacie du Bon Dieu’’ a, depuis, acquis ses titres de noblesse  dans le combat contre les troubles prostatiques. Dans un temps record, elle a été connue de toute l’Europe et au-delà., car elle  a guéri de très nombreuses personnes.

Maintenant, on en parle dans les livres de botanique et  les  revues spécialisées. Du  fait du grand nombre de variétés d’épilobes, il y a une certaine confusion pour leur emploi. Les variétés suivantes sont à retenir comme plantes curatives:

1er  l’épilobe rosé (epilobium roseum)
2e  l’épilobe à petites fleurs (epilobium parviflorum)
3e  l’épilobe des montagnes (epilobium montanum)
4e  l’épilobe à feuilles lancéolées (epilobium lanceolatum)
5e  l’épilobe à feuilles sombres (epilobium obscurum)
6e  l’épilobe des collines (epilobium collinum)
7e l’épilobe des marais (epilobium palustre)
8e  l’épilobe p.tr.e (epilobium fleischeri)
9e  l’épilobe des Alpes (epilobium anagallidifolium)

(N.DT.: Les épilobes notées 5, 6, 9, n’ont pu être identifiés sur la flore  de  France, Suisse et Belgique  de  G.  Bonnier  et  G.  de  Layens. Il peut s’agir  d’espèces d’Europe Centrale ou de dénominations différentes.)

Les épilobes médicinaux sont identifiables grâce à leurs petites fleurs rougeâtres, rose pâle ou presque blanc, qui semblent clouées sur les cosses oblongues et minces d’où à la maturation, s’échapperont  les fils  blancs cotonneux  attachés aux graines.  Dans le Tyrol, l’épilobe est connu sous le nom populaire de ‘’cheveux de femme’’. Des espèces susnommées, on récolte la plante entière, tige, feuilles et fleurs. Toutefois, il faut faire veiller à couper la plante à mi-hauteur (elle se laisse facilement casser) afin que des rejets puissent se développer. La récolte est à hacher. On ne doit pas boire plus de deux tasses par jour de tisane d’épilobe, même dans les cas grave; à savoir, une tasse le matin à jeun et une tasse le soir. Cela ne signifie pas que l’on puisse s’épargner  un contrôle médical. Dans tous les cas, le médecin doit être consulté pour toute maladie grave. Deux espèces d’épilobe ne doivent pas être récoltées. Il est presque impossible de les confondre avec les autres, il s’agit de :
10e l’épilobe hérissé (epilobium hirsutum) (Voir note ci-dessus)
11e l’épilobe des bois (epilobium angustifolium ou chamaenerion angustifolium).

Chez le premier, les fleurs sont grosses comme l’ongle du pouce et sont d’un rouge pourpre. On le trouve souvent en grosses touffes jusqu’à un mètre cinquante de hauteur, dans les eaux peu profondes et sur leur bord. La tige et les feuilles sont charnues et légèrement poilues à la face inférieure. Le botaniste autrichien renommé Richard Willfort, qui  connaissait  bien  les  épilobes comme plantes médicinales,  ne  le cite pas dans son livre. En effet, on peut facilement confondre l’épilobe hérissé avec l’épilobe rosé bien, que les fleurs du premier soient cinq fois plus grosses que celles du rosé, que les feuilles et les tiges soient bien plus charnues, ainsi que sa taille beaucoup plus grande. L’action de l’épilobe hérissé est opposée à celle de l’épilobe rosé,  L’épilobe  des  bois  (chamaenerion  angustifolium),  de  nom  populaire à ‘’l’herbe de  feu’’ ou  ‘’l’herbe démoniaque’’  (N.D.T., traduction littérale des noms tyroliens — plante non identifiée dans la flore Bonnier) — atteint  1,5  mètre de haut et pousse souvent  dans les clairières et à l’orée des bois sur les  endroits dénudés, ainsi qu’aux endroits  où poussent  les  framboises  sauvages. Les  grandes fleurs  pourpres  se dressent  en  longues  grappes  lâches  sur  la  tige  injectée  de  rouge. Ces abondants  épilobes des bois forment  au moment de la floraison de vrais buissons  ardents. Le nom populaire ‘’d’herbe démoniaque’’ montre bien qu’on ne peut pas l’employer pour soigner la prostate.

J’étais jeune fille quand mon beau-père mourut, à la fleur de l’âge, d’une hypertrophie de la prostate. Un voisin, qui était un familier des simples, me montra l’épilobe rosé et me dit ‘’ Si votre beau-père avait bu de la tisane de cette plante, il serait encore en vie. Apprenez à bien reconnaître cette plante, vous êtes encore une très jeune fille et vous pourrez guérir bien des gens en la conseillant’’. Mais, comme il arrive souvent, j’étais jeune et bien portante et je ne m’intéressais plus à la plante. Ma mère réagit tout autrement et depuis lors elle récolta la plante chaque année  et  guérit  bien des gens malades des reins ou de la vessie.  Cette plante est si efficace que souvent  on obtient  des guérisons subites des maladies de la prostate.  Il y a eu  des cas où les hommes, acculés à l’opération, dont l’urine ne  coulait  plus que par gouttes ont eu une amélioration dès la première tasse. Naturellement, il faut continuer la cure pour obtenir une guérison totale. Ma mère me cita le cas d’un homme qui avait déjà eu trois opérations relatives un cancer de la vessie (cancer  constaté cliniquement) et qui était  dans un piètre état  physique.  Elle lui conseilla  de  boire de la tisane d’épilobe. Plus tard, le médecin traitant nous annonça la guérison du malade. En ce temps-là,  je ne m’occupais  pas encore des simples.  Cette  guérison me  fit  une profonde impression. Ma  mère m’avait souvent  dit  que  quand  elle  ne vivrait  plus,  je  ne devrais  jamais  oublier  de  récolter  cette  plante.  A la Chandeleur  de  l’année  1961  mourut ma mère bien-aimée et, depuis, je n’ai jamais manqué un été pour récolter l’épilobe. Dans le cabinet de mon médecin, j’appris qu’un de mes amis venait d’être hospitalisé avec un cancer de la vessie incurable. ‘’Non — m’écriai-je — un homme d’une telle valeur ne peut pas mourir!’’ Je pensai à ce moment à l’épilobe.  Le médecin, quoique systématiquement opposé à l’usage des simples, estima que dans  ce  cas  rien  ne pouvait  sauver  le malade.  Je n’avais malheureusement  pas récolté  d’épilobe  et pensais, terrifiée, que maintenant, à la mi-octobre, toutes les fleurs seraient fanées et sèches. Je me mis pourtant  en chemin pour aller en  chercher.  Je connaissais  un  endroit  où l’épilobe fleurit en été. Je ne trouvai que quelques grappes jaunies que j’envoyai, après les avoir hachées, à la femme du grand malade. Elle lui donna deux tasses par jour, une le matin, une le soir. Et, quinze jours après, j’appris par un coup de téléphone du médecin qu’une amélioration spectaculaire s’était produite dans l’état du malade. Je pensai toute heureuse ‘’alors, ta petite plante agit’’. Depuis, j’ai pu soigner  des centaines et des  centaines de personnes comme le vieil homme me l’avait dit un jour dans mon pays natal ‘’apprenez à reconnaître cette plante, vous pourrez guérir bien des gens en la conseillant’’.

Un pharmacien de Munich me montra dans un vieux et énorme dictionnaire de pharmacie le paragraphe qui lui était encore consacré en 1880. Les médicaments chimiques ont  complétement fait régresser son emploi. Par mes conférences, mes promenades botaniques et mes publications, je l’ai sorti de l’oubli et l’ai fait connaître dans toutes les couches de la population. Mes conseils trouvent un écho certain auprès de bien des gens, car partout où je vais me promener avec mon mari, que ce soit en montagne, en forêt, au bord des  ruisseaux ou sur les clairières, nous voyons l’épilobe dont on a soigneusement  cueilli  la  tige centrale. Tout un chacun qui connaît cette plante médicinale l’estime et, par une cueillette soigneuse, évite de la détruire. Si elle est récoltée convenablement, s’il ne reste que les racines en terre, elle ne repousse qu’au printemps suivant. A ma grande joie, j’ai appris par diverses lettres que dans beaucoup de potagers, entre les fraises, les légumes,  les  fleurs, l’épilobe à petites fleurs s’épanouissait. Auparavant, il était arraché comme une mauvaise plante importune. Combien de souffrances aurait-il pu épargner, à combien de personnes aurait-il rendu la santé et la joie de vivre? Il y a peu de temps, j’ai pu guérir un prêtre atteint d’un cancer de la prostate et de la vessie et considéré par les médecins comme incurable et qui, maintenant, a récupéré toutes ses capacités de travail et a repris son ministère. Une lettre venue de Forêt Noire me dit à ma belle-sœur eut, à la suite d’un traitement aux rayons pour un cancer du bas-ventre, des troubles aux intestins et à la vessie. Elle avait de telles douleurs à la vessie que son médecin dut lui donner de la morphine. Nous avons donc cherché en nous guidant par les planches de votre brochure ‘’La Pharmacie de Dieu’’ l’épilobe à petites fleurs et en avons trouvé. Après une semaine de cure de tisane, toutes les douleurs avaient disparu. C’est le miracle de ‘’La Pharmacie de Dieu’’. D’autres attestations de guérisons sont consignées dans la brochure ‘’Les  Guérisons  de  Maria Trében’’ parue à la maison d’édition W. Ennsthaler à 4400 Steyr (Autriche). Beaucoup de ceux qui ont des problèmes de prostate peuvent être guéris par l’épilobe à petites fleurs et échapper  ainsi  à une opération.  Si l’intervention  chirurgicale  a déjà été effectuée, la tisane d’épilobe supprime  douleurs  et autres désordres qui  souvent  après s’ensuivent. Dans tous  les cas,  il convient  de consulter un médecin. Un malade de Cobourg guéri de troubles prostatiques écrit:
‘’L’épilobe à petites fleurs m’a guéri de mes problèmes prostatiques. J’étais hospitalisé à la suite d’un infarctus à l’hôpital de Cobourg et avais en plus des problèmes prostatiques qui ne pouvaient être réglés par une opération du fait de mon mauvais état cardiaque. On avait envisagé en cas d’aggravation, de me poser une sonde permanente. On me parla de  la  merveilleuse  plante, l’épilobe  à  petites  fleurs  qui  avait  déjà  guéri  tant  de cas semblables.  Je commençai par boire trois tasses de tisane par jour. En quelques jours, j’.tais délivré de tous mes troubles prostatiques.  Je  bois  encore  deux  tasses  par  jour  pour  consolider  ma  guérison.  J’en remercie Dieu de grand cœur. Puissiez-vous, Madame Trében, guérir avec l’épilobe encore beaucoup de gens souffrant du même mal.  C’est  incroyable  de  voir  comment les divers simples peuvent guérir,  quand la médecine classique a renoncée.’’ 

UTILISATION 

Tisane: Une cuillère à thé bien remplie dans 1/4 de litre d’eau bouillante. Infuser rapidement.

Ne boire que deux tasses par jour, la première le matin à jeun et la deuxième une
demi-heure avant le repas du soir.

Tiré du best-seller autrichien!
Avec plus de 2 millions d’exemplaires de vendus
MARIA TRÉBEN

La Santé
à la
Pharmacie
du Bon Dieu

Conseils et
pratique des simples
(des plantes
médicinales)

Téléchargé en format PDF
ce document pdf ci-contre a été fait par le site  »Les Produits naturels Gervol »
http://www.produits-gervol.com/le-site/plantes/epilobe-a-petites-fleurs-produits-naturels-gervol-produit-naturel.htm

Je vous suggère aussi ce livre numérique (GUERIR AVEC DES REMEDES NATURELS)qui propose et vous apprend quelles plantes naturelles ont un emploie médicinale et culinaire

: pour améliorer votre santé et votre mode de vie, ainsi qu’une offre encore plus incroyable selon moi, le livre Recettes et remèdes de nos Grands-mères et 7 cadeaux bonus gratuits pour enfin, remplacer vos produits chimiques par du naturel.

Increase your website traffic with Attracta.com

Share
Publié dans cancer, Maladies, Santé, santé physique | Marqué avec , , , , , , , | 4 commentaires

Les boissons énergisantes, la commercialisation

Voici la suite comme promis de l’article

Les boissons énergisantes, dangereuses ou pas ?

La commercialisation

Maintenant, passons à la commercialisation mondiale de cette boisson si populaire chez nous en Amérique. Red Bull est maintenant présent sur tous les continents et ne se prive pas de changer sa composition chimique originale pour être accepté dans les pays qui refusent la vente de cette canette miracle. En France, le Red Bull a été totalement interdit de commercialisation en 2003 à cause de ses effets neurocomportementaux indésirables comme un état d’excitation intense, de l’hyperactivité ou des comportements étranges. En avril 2008, toujours en France, le ministre de l’Économie et des Finances autorise la vente du Red Bull, mais à condition que le directeur général autrichien enlève la taurine et un autre ingrédient chimique en plus d’abaisser le taux de caféine du Red Bull qui serait vendu dans son pays. Plus tard la même année en juillet 2008, la société Red Bull entame des recours contre le gouvernement français et amène l’argument de poids qu’aucune étude sérieuse de montre les effets néfastes de leur boisson, donc à ce jour le Red Bull original est maintenant vendu partout en France et la mention ‘’ À consommer avec modération : maximum deux canettes par jour. Déconseillé aux enfants et aux femmes enceintes ‘’ est maintenant lisible sur la canette.

Malgré les 146 pays conquis par la boisson Red Bull, la vente est encore interdite au Danemark à cause de ses risques sur le système cardio-vasculaire. Par contre, l’achat en ligne est légal partout dans le monde même si la vente peut en être interdite, donc si une personne souhaite en avoir elle a seulement à la commander. Les formats peuvent varier d’un pays à l’autre, par exemple en Allemagne il existe des formats de 750 ml que nous n’avons pas ici et la formule sans sucre n’est pas vendue dans tous les pays qui en font la vente. De plus, chaque pays a pratiquement ses sortes de boissons énergisantes, donc il devient difficile de rassembler toutes les marques et les produits associés à chacun. Juste cette année, il y a eu plus de 500 nouvelles boissons énergisantes qui ont été lancées sur le marché, donc c’est un commerce profitable et rentable pour les compagnies. Le plus commercialisé et vendu dans le monde est bien sûr le Red Bull, mais la boisson de base est maintenant reconnue au 2e rang mondialement. Le nouveau venu à ce jour a un nom quelque peu provocant qui est cocaïne. Celle-ci est sur le marché dans 6 états américains depuis septembre 2009 et a un effet 350 fois plus puissant que celui du Red Bull. Si on crée des boissons de plus en plus puissantes, nous allons créer par le fait même des dépendances encore plus graves.

Alors voici ce qui met fin au deuxième extrait du travail de ses charmantes étudiantes, et voilà les sujets des prochains articles:

  • Les composantes
  • Les biens faits et les effets néfastes
  • Les dépendances aux boissons énergisantes
  • Les alternatives
  • Les mixtes avec l’alcool
  • Des chiffres qui parlent
  • La publicité
  • Nouveauté au Québec: L’octane et le Mojo
  • Endroits de vente

Increase your website traffic with Attracta.com

Share
Publié dans Produits, produits nocifs à votre santé, Santé, santé physique | Marqué avec , , , , , , , | 2 commentaires

Les boissons énergisantes, dangereuses ou pas ?

Bois, bois, bois, bois, mais ne boit pas ton énergie
……. Haaaaaaaaaaaaaaaaaa!

Cet article et les articles qui vont suivent dans les prochaines semaines, viennent d’un travail d’étude fait par des étudiantes de techniques infirmières, dont Anne-Sophie Laplante une de mes amies faisait partie, j’en profite pour la remercier elle, ainsi que ces coéquipières de travail.

Les connaissez-vous?
En consommez-vous?
Les mélangez-vous?
À main levée, qui parmi vous consomme régulièrement des boissons énergisantes?

C’est un nouveau phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur mondialement.

C’est pourquoi nous avons été attirés par ce sujet. Il touche les jeunes de 16 à 25 ans tout particulièrement! Leurs comportements à risques multiples notamment les combinaisons dangereuses d’alcool et de boissons énergisantes font qu’ils doivent changer leurs habitudes de vie. Il est déconcertant de voir la mauvaise utilisation qu’en font les jeunes. Certain type d’emplois et leurs conditions jouent aussi un rôle dans la consommation de ces boissons par exemple des gens de la construction consomment plus de ces boissons que les pilotes d’avion, car ça demande beaucoup plus d’énergie physique. On en retrouve de plus en plus à différents endroits et c’est accessible par tous. L’environnement social à une influence sur la surconsommation à cause du mouvement d’entraînement. Autrefois, c’était la cigarette qui commanditait les activités sportives, maintenant à cause de la loi sur le tabac les boissons énergisantes en ont profité pour s’immiscer dans ce genre d’évènements à grand déploiement, pourtant ça n’a pas plus de sens. Il n’y a toujours pas de loi qui légiste ces boissons. En effet, comme nous allons vous l’expliquer, les boissons énergisantes prises de façon excessive ont beaucoup d’effets néfastes pour la santé. Donc le but de notre exposé est de sensibiliser les jeunes à ne pas consommer les boissons énergisantes de façon excessive. Nous nous sommes basés sur plusieurs sources pour réunir les informations, dont le site internet de Santé Canada de Red Bull, d’éduc-aIcool et d’un dépliant fait par les pharmacies Familiprix.

 Les origines

Je vais vous parlez de l’origine des boissons énergisantes, comment celles-ci sont arrivées sur le marché et si celles-ci sont commercialisées de la même façon partout dans le monde. Premièrement, les boissons énergisantes connues de nos jours sont très différentes de ces prédécesseurs du même genre. Tout cela commence en Thaïlande avec une boisson locale qui a selon les dires des consommateurs, de puissantes vertus tonifiantes. Cette boisson qui est à l’origine du Red Bull ce nomme Krating Daeng qui signifie  taureau rouge en thaï et est plus concentrée en caféine que son successeur, mais sa formule est non pétillante et beaucoup plus sucrée. Cette boisson qui peut aussi être appelée Thai’ Red Bull est encore commercialisée dans certains pays comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, mais celle-ci obtient la plupart de ses adeptes en Asie. Donc, tout débute en 1982 lorsqu’un homme d’affaires et grand voyageur autrichien découvre cette boisson nommée Krating Daeng lors d’un voyage en Thaïlande. Il constate qu’en buvant de ce breuvage, celui-ci peut supporter les longs voyages en avion en plus des décalages horaires qui accompagnent ceux-ci. En étant un homme d’affaires, celui-ci voit en cette boisson un pouvoir de commercialisation énorme dans le monde, donc il décide d’obtenir les droits du Krating Daeng à la compagnie TC Pharmaceuticals pour assurer la création d’une nouvelle boisson ayant les effets bénéfiques du breuvage thaïlandais, mais sous une forme gazeuse avec d’autres ajouts de nature chimique. Par contre, on peut constater que l’Autrichien a gardé presque intact le logo du Krating Daeng pour s’inspirer de celui du Red Bull, car sur la boisson thaïlandaise les deux taureaux rouges étaient déjà présents et de plus, il a seulement eu besoin de traduire la version thaï en anglais pour renommer sa nouvelle conception énergisante.

Alors voici ce qui met fin au premier extrait du travail de ses charmantes étudiantes, je vous laisse sur votre appétit, j’en suis, sûr, c’est pourquoi je vous dévoile à l’avance les sujets des prochains articles:

  • La commercialisation
  • Les composantes
  • Les biens faits et les effets néfastes
  • Les dépendances aux boissons énergisantes
  • Les alternatives
  • Les mixtes avec l’alcool
  • Des chiffres qui parlent
  • La publicité
  • Nouveauté au Québec: L’octane et le Mojo
  • Endroits de vente

Increase your website traffic with Attracta.com

Share
Publié dans Produits, produits nocifs à votre santé, Santé, santé physique | Marqué avec , , , , , , , | 2 commentaires